Affaire Nichane : le verdict sera prononcé le 15 janvier

comme vous le voyez le ministère public a demandé la “condamnation des deux journalistes et l’interdiction de la publication de l’hebdomadaire ainsi que de l’exercice de la profession pour les deux journalistes tout en rejetant de leur accorder les circonstances atténuantes.”
sachant qu’il recoit des instrucstructions du ministère de la justice et que les juges suivent en general ses réquisitoires alors vous savez à quoi s’attendre . le pire.
————
Affaire Nichane : Reporters sans frontières dénonce un réquisitoire insensé et archaïque

Le procureur du roi a requis, le 8 janvier 2007, une peine de trois à cinq ans de prison ainsi que l’interdiction d’exercer et une amende à l’encontre de Driss Ksikes, directeur de publication de l’hebdomadaire arabophone Nichane, et de la journaliste Sanaa Elaji. Il a également réclamé la fermeture définitive du journal.

“Nous sommes consternés par ce réquisitoire insensé. Nous ne voulons pas envisager que le tribunal reprenne à son compte les positions archaïques et ultra-répressives du procureur. La justice marocaine avait déjà pris une décision moyenâgeuse en interdisant au journaliste Ali Lmrabet d’écrire pendant dix ans. Nous n’osons pas imaginer que ce scénario se répète avec Nichane. Il y a manifestement un gouffre entre les déclarations des autorités, qui vantent un Maroc moderne et démocratique, et la réalité à laquelle sont confrontés les journalistes. Une réalité marquée par des procès expéditifs et de lourdes condamnations qui mettent chaque jour un peu plus à mal la presse indépendante”, a déclaré Reporters sans frontières.

Joint par l’organisation, Driss Ksikes s’est dit surpris par la sévérité du réquisitoire. “Alors que nous sommes jugés selon le code de la presse, le procureur a requis l’interdiction d’exercer qui n’est prévue que dans le code pénal”, a ajouté le directeur de Nichane.

Driss Ksikes et Sanaa Elaji sont poursuivis pour “atteinte à la religion islamique” et “publication et distribution d’écrits contraires à la morale et aux moeurs” suite à la publication, dans l’édition du 9-15 décembre 2006, d’un dossier intitulé “Blagues : comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique”. Le 21 décembre, le Premier ministre Driss Jettou avait interdit la diffusion de l’hebdomadaire et ordonné son retrait des kiosques.

L’amende requise par le procureur de Casablanca pourrait s’élever jusqu’à 100 000 dirhams (8950 euros).

Le jugement a été mis en délibéré jusqu’au 15 janvier
larbi

رد واحد to “Affaire Nichane : le verdict sera prononcé le 15 janvier”

  1. Openmind Says:

    J’hallucine là, des excuses ont été faites, et notre justice et le ministère public continuent leur délire.

    Ô monde politique digne de ce nom, ô citoyens libres il n’est plus question de laisser la bêtise des autorités démolir ce que nous sommes.

    Ou est la modération, quelle place pour la raison, ou est la justice ? Faut il contacter le roi en personne pour que l’affaire soit revue ?

    Honte à ce gouvernement, j’ai pitié de ces hommes qui croient en la liberté mais qui se la bouclent devant une autre mascarade judiciaire à la marocaine.

    Tout ceux qui se taisent aujourd’hui vont le payer cher et avec eux toute une partie de notre avenir.

    Et oui même s’il y eu excès, la raison, la sagesse veut et incite à un minimum de sérieux et de professionnalisme, et à ce qu’il parait nos hommes et femmes de la justice ignorent ces principes et restent encore sous le prise du téléphone qui sonne.

    Futurs juristes, la tâche est lourde, et le combat est grand !!

أضف تعليقاً

إملأ الحقول أدناه بالمعلومات المناسبة أو إضغط على إحدى الأيقونات لتسجيل الدخول:

WordPress.com Logo

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   / تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   / تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   / تغيير )

Google+ photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google+. تسجيل خروج   / تغيير )

Connecting to %s


%d مدونون معجبون بهذه: